Focus sur : La Grande Démission des cadres en France

Mouvement sociétal directement lié à la pandémie, la Grande Démission, aussi appelée “Big Quit” ou “Great Resignation” en anglais est un phénomène tout droit venu des USA qui s’observe également chez les salariés français. On regarde aujourd’hui les raisons qui poussent les employés et notamment les cadres, à démissionner massivement.

Qu’est-ce que la “Grande Démission” ?

En 2021, on a compté 47 millions d’Américains démissionnaires, un chiffre unique qui a bouleversé l’outre-Atlantique. En France, le phénomène a également été observé, mais avec beaucoup plus de modération. En effet, 1.6 millions de démissions ont été comptabilisées en France, ce qui, à l’échelle du pays reste élevé et qui n’avait pas eu lieu depuis 2008.

On ne parle donc pas d’une Grande Démission à l’ampleur des Etats-Unis, mais c’est tout de même une tendance que l’on peut observer et qu’il s’agit de comprendre. Elle est notamment très marquée chez les moins de 35 ans, qui sont encore 42% à envisager de démissionner aujourd’hui.

graphique grande demission

Si on se concentre sur les cadres, on note qu’après la pandémie ils étaient les plus enclin à quitter leur emploi (51%) contre seulement 32% du côté des employés.

Vous êtes (comme nous) curieux de savoir ce qui motive des milliers de personnes à quitter leur emploi ? On vous explique tout !

Pourquoi les cadres français démissionnent-ils ?

C’est sans surprise que la Covid-19 ait été un déclencheur chez de nombreuses personnes ayant ou souhaitant démissionner. Du côté des cadres, beaucoup ont vu leur activité baisser ou au contraire, se complexifier. Gestion des équipes à distance, découverte du remote et difficulté à réguler les heures de travail… certains ont ouvert les yeux sur leur rythme effréné et ce que leur vie professionnelle prenait comme place dans leur quotidien.

En parallèle, le marché du travail est devenu plus propice au changement d’emploi ces dernières années. Le taux de chômage étant relativement bas (7%) et une pénurie de talents se faisant sentir dans presque tous les secteurs, changer d’entreprise est devenu plus facile.

Et puis, les confinements, la crise climatique, la mise sur pause, le repli sur soi a permis à de nombreuses personnes de se remettre en question. La quête de sens, la recherche du bonheur et la libération de la parole – notamment sur les réseaux sociaux – les ont mené vers un bilan mitigé de leur situation professionnelle. Les attentes ont évolué, se sont multipliées et affirmées. L’agence Bona Fidé témoigne d’un changement global de la relation au travail en citant : « Les intentions se fondent bien moins sur une insatisfaction à l’égard du management et de la stratégie de son entreprise que, sans doute, sur une modification plus profonde et plus structurelle du rapport au travail ». Elle estime que cela témoignerait « d’attentes grandissantes en matière de sens de son poste, d’éthique et de responsabilité générale de l’entreprise ».

Les cadres d’aujourd’hui souhaitent :

  • Avoir plus de reconnaissance professionnelle,
  • Obtenir davantage de flexibilité dans les conditions de travail,(horaires, lieu)
  • Réussir à équilibrer vies professionnelle et personnelle,
  • Donner du sens à leur travail,
  • Échapper à une routine, avoir du challenge, être motivés et boostés,
  • S’affranchir de contraintes hiérarchiques,
  • Être en accord avec leurs valeurs personnelles.

 

Chaque salarié a sa propre liste de souhaits, priorisée en fonction de leur vie, de leur vécu et de leurs valeurs. Mais leur plus grande contrainte aujourd’hui reste de trouver le bon équilibre entre toutes les raisons évoquées ci-dessus, pour être pleinement épanoui.

L’avènement du freelancing

Quand certains ont dernièrement démissionné pour changer d’entreprise, de métier ou de carrière… d’autres ont fait le choix de se lancer le challenge du freelancing. Tout en gardant – pour la majorité – leur métier principal, ils ont sauté le pas de l’indépendance, à la recherche de plus de liberté. C’est en tout cas un autre phénomène notable sur le marché du travail de ces dernières années. En 2020, le nombre de freelances a fait un bon de +20% en France, on en compte aujourd’hui plus de 1,2 millions en France soit une évolution de 110% par rapport à 2009.

Une étude réalisée par Malt & BCG nous révèlent les raisons de cet engouement, et l’on peut tout de suite faire le rapprochement avec les attentes trouvées chez les salariés et les cadres, citées auparavant :

  • 81% des freelances le sont pour gérer leur temps comme ils le veulent,
  • 76% se sont lancés pour faire leur propre choix de carrière,
  • 73% sont indépendants pour travailler d’où ils veulent,

Cette même étude affirme que le statut attire de plus en plus de cadres, notamment dans des métiers du Graphisme & Conception, de la Tech & Data et du Marketing & Communication. La majorité des freelances sont aujourd’hui des personnes qualifiées et expérimentées, avec une moyenne d’âge à 37 ans.

81% des freelances le sont pour gérer leur temps comme ils le veulent

La Grande Démission, phénomène post-Covid et encore d’actualité, bouscule les codes du monde professionnel. Si vous aussi, vous vous questionnez sur votre métier et souhaitez faire le point, n’hésitez pas à contacter nos conseillers qui sauront vous aider à voir plus clair sur votre situation, et pourquoi pas à faire un bilan de compétences !

Bénéficiez d'un échange gratuit avec un conseiller Sensei :

Vous avez apprécié cet article ?

Partagez-le sur Facebook
Partagez-le sur Twitter
Partagez-le sur Linkedin
Partagez-le sur Pinterest

Laisser un commentaire