Comment Faire une Rupture Conventionnelle Pour Reconversion ?

Sommaire

C’est décidé, vous avez envie de donner un nouveau souffle à votre carrière ? La rupture conventionnelle du contrat de travail est votre meilleure alliée ! Contrairement à la démission ou au licenciement, cette option assure une transition en douceur tout en préservant vos droits, y compris celui à l’allocation chômage. Envisager une rupture conventionnelle pour reconversion, c’est donc choisir de changer de cap tout en bénéficiant d’un filet de sécurité. Explorons ensemble les raisons qui rendent cette option si avantageuse et les démarches pour la mettre en œuvre. Prêts à faire le grand saut vers une nouvelle vie professionnelle ? 

Qu’est-ce qu’une rupture conventionnelle ?

La rupture conventionnelle est une formule qui vous permet de vous séparer de votre employeur de manière consensuelle, sans passer par les tensions d’un licenciement ou les restrictions d’une démission. En vigueur depuis 2008, ce mode de séparation à l’amiable est exclusivement réservé aux contrats à durée indéterminée (CDI). 

Mais comment fonctionne-t-elle exactement ? Le processus commence par un accord entre vous et votre employeur : ensemble, vous décidez des modalités de votre départ, incluant la date et l’indemnité de rupture. Cette indemnité est souvent supérieure à celle d’un licenciement économique, ce qui en fait une option financièrement attractive.  

De plus, la rupture conventionnelle vous ouvre les portes de l’assurance chômage, vous permettant de bénéficier d’allocations pendant que vous vous lancez dans votre reconversion. 

Pourquoi une rupture conventionnelle est idéale lors d’une reconversion professionnelle ?

Vous rêvez d’une reconversion professionnelle ? La rupture conventionnelle pourrait bien être votre passeport pour l’aventure ! Voici les raisons qui en font le meilleur choix pour ceux en quête de renouveau : 

Sécurité financière

Imaginez partir à la conquête de votre nouvelle carrière avec une indemnité de départ conséquente en poche ! La rupture conventionnelle non seulement sécurise votre départ avec une compensation financière négociée, mais vous maintient également éligible aux allocations chômage. Ce filet de sécurité vous donne la liberté d’explorer de nouvelles opportunités ou de vous investir pleinement dans de nouvelles formations.

Liberté de choix

La rupture conventionnelle, c’est la liberté de choisir le moment parfait pour vous repositionner professionnellement. Que ce soit pour vous engager dans une formation, créer votre propre entreprise ou entamer une nouvelle carrière immédiatement, la décision vous appartient ! Avant de vous lancer, prenez le temps de faire un bilan de compétences en ligne. Cela vous permettra de faire le point sur vos aptitudes, vos intérêts ainsi que vos valeurs et d’identifier les chemins professionnels qui vous font vibrer. 

Planification de votre formation

Grâce à la rupture conventionnelle, vous pouvez suivre des formations qui vous ouvriront les portes de votre avenir, ou encore bénéficier d’un accompagnement VAE (Validation des Acquis de l’Expérience). Les allocations chômage peuvent servir de soutien financier pour couvrir les frais de ces formations. Vous pouvez également utiliser d’autres dispositifs de financement comme le Compte Personnel de Formation (CPF). C’est l’occasion rêvée pour booster vos compétences et embrasser votre futur professionnel ! 

Un départ amiable

Partir sur de bonnes bases avec votre ancien employeur ? C’est possible avec la rupture conventionnelle ! Ce départ négocié et respectueux préserve votre réseau professionnel et assure que vos futures références soient positives. Un atout de taille dans le monde des affaires. 

Opportunité de pause professionnelle

Et si vous preniez un moment pour souffler ? La rupture conventionnelle ouvre la porte à une pause professionnelle, un moment précieux pour réfléchir à vos ambitions, suivre des formations intensives ou vous ressourcer avant de plonger dans votre nouveau projet. Parfois, cette pause permet également de reprendre confiance en soi après un burn out ou encore un brown out

 

Envisager une rupture conventionnelle pour reconversion, c’est choisir de se donner les moyens de sa réussite. Avec ce dispositif, vous transformez une période de transition en une opportunité de développement personnel et professionnel. 

Quelle est la procédure d’une rupture conventionnelle ?

Entamer une reconversion professionnelle quand on est en cdi peut sembler intimidant, mais la rupture conventionnelle est le tremplin dont vous avez besoin pour rebondir vers un nouveau projet professionnel. Voici comment ça se passe :   

Faire un entretien

Tout commence par un entretien entre vous et votre employeur. C’est le moment de discuter ouvertement des raisons de votre départ et des conditions de la rupture. Préparez-vous bien pour cet échange : listez vos motivations, vos plans de reconversion et les conditions souhaitées de votre départ. Vous pouvez même vous faire épauler par un conseiller du personnel ou un consultant externe pour être sûr que vos intérêts sont bien défendus. 

La signature

Après l’entretien, si un accord est trouvé, les deux parties rédigent et signent la convention de rupture. Ce document officiel détaillera tout, de la date de rupture au montant de l’indemnité de départ. Celle-ci doit être au moins équivalente à ce que vous auriez reçu en cas de licenciement. Prenez le temps de bien examiner ce document pour vous assurer que tout est conforme à vos attentes. 

Le délai de rétractation

Une fois la convention signée, un délai de rétractation de 15 jours calendaires vous est accordé. Pendant ce temps, vous pouvez revenir sur votre décision sans avoir à justifier de motifs. Cette période vous permet de reconsidérer votre choix et vous assurer que cette décision est bien alignée avec vos objectifs de vie. 

Homologation par la DIRECCTE

Enfin, la convention de rupture doit être envoyée à la Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi (DIRECCTE) pour homologation. L’administration dispose d’un délai de 15 jours ouvrables pour examiner le dossier. Si aucune objection n’est soulevée, votre rupture conventionnelle est validée. Vous pouvez alors officiellement quitter votre poste en toute légalité et commencer votre nouveau chapitre professionnel ! 

 

En suivant ces étapes, vous pouvez quitter votre emploi actuel sans brûler les ponts, tout en sécurisant votre avenir professionnel. 

Mon employeur peut-il refuser une rupture conventionnelle ?

Vous êtes prêt à vous lancer dans une nouvelle aventure, mais une question vous taraude : que se passe-t-il si votre employeur refuse la rupture conventionnelle ? Voici ce que vous devez savoir :  

Le refus n’est pas un droit absolu

Bien que la rupture conventionnelle soit basée sur le consentement mutuel, votre employeur n’a pas le droit de refuser votre demande sans motif valable. En effet, le refus doit être justifié par des raisons sérieuses, telles qu’une procédure de licenciement déjà engagée ou des circonstances exceptionnelles affectant l’entreprise. 

Négociation et dialogue

Si votre employeur semble réticent, ne baissez pas les bras. Optez pour une approche de dialogue et de négociation. Expliquez clairement les raisons de votre demande de rupture et mettez en avant les avantages que cela pourrait également apporter à l’entreprise. Par exemple, une rupture conventionnelle pourrait permettre à l’entreprise d’ajuster ses effectifs de manière non conflictuelle ou de planifier une transition en douceur sans perturber l’organisation.  

Assistance et médiation

Dans certains cas, il peut être utile de vous faire assister par un représentant syndical ou un conseiller extérieur. Ces professionnels peuvent faciliter les discussions et aider à trouver un terrain d’entente. Si les négociations s’avèrent difficiles, envisagez la médiation par un tiers neutre pour résoudre les désaccords. 

Considérations légales

Il est également important de connaître vos droits. Si vous estimez que le refus de votre employeur est injustifié, vous pourriez avoir des recours légaux. Avant de prendre des mesures radicales, consultez un avocat spécialisé en droit du travail pour évaluer votre situation et discuter des meilleures options.  

Quand passer à autre chose ?

Si malgré tous vos efforts, la négociation échoue, il peut être sage d’envisager d’autres options. Par exemple, un congé pourrait vous offrir le temps nécessaire pour planifier une autre stratégie de sortie, comme une démission classique avec un plan de transition professionnel bien élaboré.  

 

Opter pour une rupture conventionnelle pour reconversion, c’est choisir un départ serein vers une nouvelle vie professionnelle. Ce chemin, bien que balisé, regorge de perspectives enrichissantes pour ceux qui osent s’y aventurer. Alors, armez-vous de courage et de détermination, car de grandes choses vous attendent au bout du chemin !  

Pour plus de conseils, suivez-nous sur nos réseaux sociaux

Bénéficiez d'un échange gratuit avec un conseiller Sensei :

group 11 3.png

Vous avez apprécié cet article ?

Partagez-le sur Facebook
Partagez-le sur Twitter
Partagez-le sur Linkedin
Partagez-le sur Pinterest

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Sommaire